Répondre aux marchés publics pour les PME : Formation, aide et assistance sur tout le territoire (sur site ou à distance)
Entreprises - PME : Répondre aux marchés publics (DC1, DC2, ATTRI1, DC4, mémoire technique, ...) Acheteurs publics
PARIS J01 Fondamentaux J02 Répondre aux AO J03 Réponse électronique J04 Mémoire technique Formations Assistance

Actualité des marchés publics

Entreprises / PME
réponse électronique formation et conseil aux appels d'offres PME
Site Internet d'informations et d'actualités pour PME et acheteurs publics en matière de contrats publics et commande publique : - évolutions législatives et réglementaires, - jurisprudence,
- dématérialisation et réponse électronique des entreprises, obligations réciproques,
- conseil et formation en réponse électronique aux marchés publics (PME),
- accompagnement à la réponse dématérialisée aux appels d'offres publics pour les entreprises,
- assistance à la rédaction du mémoire technique des entreprises soumissionnaires,
- formulaires de marchés publics (suivi des mises à jour du MEIE), ...
Nombreuses références d'AMO ou d'animation de stages aux acheteurs ou PME pour répondre aux marchés publics sur le territoire national à paris, lyon, marseille, nantes, toulouse, lille, annecy, toulon, amiens,  calais, strasbourg, besançon, bourg-en-bresse, arcachon, royan, ajaccio, nice, orleans, tours, seynot, geugnon, béthune, lens, arras, ... .
Répondre Formations "Répondre aux AO pour les entreprises" - PARIS, sur site ou FOAD (Fondamentaux, formulaires, dématérialisation, mémoire technique)
PME sous-traitantes d'entreprises générales et accès à la commande publique

Contrats publics > Informations et actualités des marchés publics

PME sous-traitantes d'entreprises générales et accès à la commande publique

14 juin 2019

PME-PMI écartées de l'accès direct à la commande publique vu qu'elles sont sous-traitantes d'entreprises générales et parfois remplacées par des sous-traitants européens ou extra-européens. Ceci alors que certains des pays européens voisins limitent les possibilités, pour le titulaire d'un contrat de la commande publique, de changer de sous-traitants en cours d'exécution.

La question posée par M. Matthieu Orphelin (QE AN n° 18890 - 04/06/2019 - Accès des PME à la commande publique sous-traitantes d'entreprises générales) porte sur les exceptions au principe d'allotissement dans les marchés publics de construction. Selon lui de nombreuses de PME-PMI sont écartées de l'accès direct à la commande publique vu qu'elles sont sous-traitantes d'entreprises générales.

En effet les titulaires marchés publics peuvent désigner des sous-traitants postérieurement à l'attribution du marché, ou en changer alors. Ainsi des entreprises françaises peuvent être écartées et remplacées par des sous-traitants européens ou extra-européens. Il souhaiterait connaître la stratégie du Gouvernement pour inciter les acheteurs publics à favoriser les pratiques responsables en matière de sous-traitance.

Par ailleurs, la réponse apportée concerne également la question (Question écrite JOAN N°18663 de Mme Florence Lasserre-David - Réponse publiée au JO le : 04/06/2019 page : 5151).

Mme Florence Lasserre-David interroge M. le ministre de l'économie et des finances sur la règlementation française relative à la sous-traitance dans les marchés publics. Alors que certains des pays européens voisins limitent les possibilités, pour le titulaire d'un contrat de la commande publique, de changer de sous-traitants en cours d'exécution pour contenir le phénomène d'appel d'offres en cascade, le droit interne offre, quant à lui, une large marge de manœuvre à l'attributaire d'un marché public pour désigner ses sous-traitants et en changer, y compris après l'attribution d'un contrat et après l'acceptation formelle du ou des sous-traitants par le maître d'ouvrage. Cette souplesse se révèle être source d'une grande instabilité pour les entreprises sous-traitantes qui ne disposent d'aucune garantie quant à la durée de leur collaboration pour l'exécution d'un marché public, de la part du titulaire d'un marché public. Alors que le code de la commande publique vient d'entrer en vigueur, elle aimerait connaître les mesures que le Gouvernement entend faire adopter pour inciter les acheteurs publics à favoriser les pratiques responsables en matière de sous-traitance et pour rapprocher la règlementation française de celles des pays voisins européens.

Rappel de la définition de la sous-traitance issue de la loi de 1975

Aux termes de l'article L. 2193-2 du code de la commande publique codifiant la loi du 31 décembre 1975, « la sous-traitance est l'opération par laquelle un opérateur économique confie par un sous-traité, et sous sa responsabilité, à une autre personne appelée sous-traitant, l'exécution d'une partie des prestations du marché conclu avec l'acheteur ».

Conditions de recours à la sous-traitance

Le titulaire d'un marché public peut sous-traiter l'exécution d'une partie du marché lors de son exécution.

Ce dernier ne peut recourir à la sous-traitance qu'à deux conditions cumulatives :

L'acheteur doit alors vérifier les capacités techniques et financières des sous-traitants et pourra refuser d'agréer des conditions de paiement trop déséquilibrées.

Impossibilité d'exiger de conserver un sous-traitant pour l'exécution du marché

La réglementation française ne permet pas d'exiger qu'un sous-traitant présenté lors de la remise d'une offre soit conservé pour l'exécution du marché. En effet le titulaire est seul responsable de la conformité des prestations.

Le ministère préconise de demander systématiquement aux entreprises candidates de présenter leurs futurs partenaires dès le stade des offres, afin des responsabiliser moralement.

Contrôle des offres anormalement basses jusqu'au niveau des sous-traitants

L'article L. 2193-9 du code de la commande publique impose le contrôle des offres anormalement basses jusqu'au niveau des sous-traitants. Ainsi, une offres anormalement basses peut être écartée, après mise en œuvre d'une procédure prévue pour justifier les prix.

Questions écrites au sénat ou à l'assemblée nationale - Réponses ministérielles

QE AN n° 18890 - 04/06/2019 - Accès des PME à la commande publique sous-traitantes  d'entreprises générales.

(c) F. Makowski 2001/2019