Répondre aux marchés publics pour les PME : Formation, aide et assistance sur tout le territoire (sur site ou à distance)

Entreprises

Comment répondre aux appels d'offres (DC1, DC2, ...) ?

Comment répondre aux marchés dématérialisés ?

Administrations

Prestations de formation et d'AMO

Cliquer ici Entreprises / PME : Comment répondre aux appels d'offres publics  (DC1,DC2,DC3,DC4,NOTI1, ...) ?
Cliquer ici Formations "Répondre aux AO pour les entreprises" - PARIS (dématérialisation, rédiger vos dossiers de candidature, d'offre, mémoire technique, DC1, DC2, ..., recherche de marchés, co/sous-traitance, ...)  

Retenue de garantie

La retenue de garantie a pour seul objet de couvrir les réserves à la réception des travaux, fournitures ou services ainsi que celles formulées, le cas échéant, pendant le délai de garantie.

La retenue de garantie qui peut être prévue par le marché à la charge du titulaire, est prélevée par fractions sur chacun des versements autres qu’une avance.

Le montant de la retenue de garantie ne peut être supérieur à 5 % du montant initial augmenté, le cas échéant, du montant des avenants.

Dans l’hypothèse où le montant des sommes dues au titulaire ne permettrait pas de procéder au prélèvement de la retenue de garantie, celui-ci est tenu de constituer une garantie à première demande selon les modalités fixées à l’article 102.

Cette disposition n’est pas applicable aux organismes publics titulaires d’un marché.

La retenue de garantie peut être remplacée au gré du titulaire par une garantie à première demande ou, si le pouvoir adjudicateur ne s’y oppose pas, par une caution personnelle et solidaire.

La retenue de garantie est remboursée un mois au plus tard après l’expiration du délai de garantie.

En cas de retard de remboursement, des intérêts moratoires sont versés selon les modalités définies par le décret mentionné à l’article 98.

Les établissements ayant accordé leur caution ou leur garantie à première demande sont libérés un mois au plus tard après l’expiration du délai de garantie.

Toutefois, si des réserves ont été notifiées au titulaire du marché ou aux établissements ayant accordé leur caution ou leur garantie à première demande pendant le délai de garantie et si elles n’ont pas été levées avant l’expiration de ce délai, les établissements sont libérés de leurs engagements un mois au plus tard après la date de leur levée.

Définition de la retenue de garantie au sens du CMP 2001

La retenue de garantie est une retenue que l’administration peut opérer sur le règlement des prestations effectuées par le cocontractant en vue de garantir le remboursement des sommes dont le cocontractant pourrait se trouver éventuellement redevable.

Mode de constitution

La retenue de garantie consiste à bloquer dans les comptes de la personne publique une partie des sommes dues au titulaire du marché pour servir de garantie à l’exécution par celui-ci de ses obligations contractuelles. La seule fonction de la retenue de garantie est de permettre de remédier aux malfaçons ayant fait l’objet de réserves. La retenue de garantie ne peut être utilisée à d’autres fins.

Ces malfaçons peuvent être relevées dès la réception ou dès qu’elles sont découvertes lors du délai de garantie. Certaines malfaçons ne sont en effet pas détectables à l’achèvement de l’ouvrage et peuvent apparaître a posteriori. C’est d’ailleurs toute la raison d’être d’un délai de garantie

Il n’est pas prévu de dérogation à l’obligation de garantie fixée par le marché.

Recours à la retenue de garantie

L’institution d’une garantie constitue une simple faculté pour l’administration. En outre, le marché ne peut prévoir de retenue de garantie que s’il comporte un délai de garantie. Par délai de garantie, il faut entendre la période fixée par le marché, le plus souvent de six mois à douze mois, qui suit la réception des travaux ou des fournitures et non pas le délai des garanties techniques prévues notamment dans certains marchés de fournitures qui peut s’étendre sur plusieurs années.

En matière de travaux, l’existence d’un délai de garantie est désormais prévue par l’article 1792-6 du Code civil qui institue une garantie de parfait achèvement.

Taux de la retenue de garantie

La retenue de garantie est au maximum de 5 % : l’organisme public contractant peut prévoir une retenue de garantie moins élevée s’il le souhaite, mais une retenue de garantie moins élevée constitue une moindre protection de l’acheteur public.

A cet égard, au cas où les défauts de l’ouvrage réalisé seraient considérables au regard de la retenue de garantie, il est conseillé à l’acheteur public de ne pas accepter l’ouvrage, même en émettant des réserves.

Lorsque le montant initial du marché est augmenté, la clause de retenue de garantie prévue au marché s’applique également aux sommes dues au titre de l’avenant (ou des avenants) d’augmentation.

En revanche, il n’est pas appliqué de retenue de garantie aux sommes dues en raison d’une décision de poursuivre permettant de dépasser le montant fixé par le marché.

En effet, la décision de poursuivre ne constitue pas un document contractuel au même titre que le marché ou l’avenant mais résulte d’une demande unilatérale de l’organisme public. Elle ne peut donc pas conduire aux mêmes exigences de garantie que marché et avenant.

La retenue de garantie est prélevée sur les sommes dues au titulaire du marché au titre de chaque acompte et du solde. En effet, le titulaire est responsable de l’ensemble des prestations réalisées au titre du marché, même de celles qu’il a confiées à des sous-traitants. L’affirmation de ce principe fait l’objet de l’article 113.

Ainsi, dès lors qu’une retenue de garantie est prévue, il appartient aux organismes publics de prêter une attention toute particulière et constante au rapport entre le montant des prestations qui doivent être exécutées par le titulaire lui-même et celui des prestations qui doivent être exécutées par des sous-traitants payés directement.

En effet, pour que la retenue de garantie prévue au marché puisse être appliquée au titulaire, encore faut-il que le montant des prestations confiées à celui-ci atteigne au moins le montant de la retenue de garantie.

(Source : IACMP 2001 [abrogé], § 99.1)

Taux de la retenue de garantie au sens du CMP 2004

La retenue de garantie ne peut excéder 5 % du montant initial du marché augmenté, le cas échéant, du montant des avenants, toutes taxes comprises, avant application des clauses de prise en compte des variations des conditions économiques

(Sources :
- Art. 99 du code des marchés publics 2004 [abrogé],
- Arrêté du 3 janvier 2005 pris en application de l'article 100 du code des marchés publics et fixant les modèles de garantie à première demande et de caution personnelle et solidaire

Voir également

retenue de garantie, garantie à première demande, caution personnelle et solidaire, garanties financières,

=> Art. 99 du code des marchés publics 2004 [abrogé],
=> Arrêté du 3 janvier 2005 pris en application de l'article 100 du code des marchés publics et fixant les modèles de garantie à première demande et de caution personnelle et solidaire

Code des marchés publics 2006 :

Article 101 [Retenue de garantie, réserves à la réception, garantie à première demande]

Article 102 [Retenue de garantie, garantie à première demande, caution personnelle et solidaire]

Article 103 [Retenue de garantie, remboursement]

Jurisprudence

CAA Bordeaux, 5 février 2009, n° 07BX02305, Société GATINEAU c/ Communauté de communes de la Haute Saintonge (Restitution de la retenue de garantie effectuée dans le cadre du marché de travaux de construction. Application des articles 41 et 44 du CCAG travaux. Réception des travaux et garantie contractuelle).

Auteur du site Internet

  • Frédéric MAKOWSKI - Consultant en marchés publics d'informatique pour les collectivités et administrations
  • Formateur intervenant au CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale)
  • Master 2 Professionnel "Droit des contrats publics" Université de Nancy - Ingénieur ENSEA

Prestations de formation, de conseil et assistance

Rédaction et vérification de DCE

  • AAPC
  • Règlement de la consultation
  • Acte d'engagement, annexes, DPGF, BPU, DQE,...
  • CCAP, CCTP, questionnaire technique et fonctionnel, Votre contrat de maintenance,
  • Analyse des offres, Assistance à la rédaction du rapport du maître d'ouvrage,
  • Opérations de vérification (VA, VSR, admission), Suivi juridique.
  • Code des marchés publics 2006-2011

formation aux marchés publics (c) F. Makowski 2001/2013 Tous droits réservés formations aux marchés publics